« Adosser notre démarche à une vérité scientifique »

Créé en 1919, Maisons France Confort est le leader de la construction individuelle et premier acteur de l'accession à la propriété. Fort d’une expérience de plus de 70 000 maisons construites à ce jour, Maisons France Confort est aussi – depuis près d’un siècle – le promoteur des innovations en matière de bien-être. 

 

Hervé Chavet aime le franc-parler. Il a aussi l’expérience d’une maison Bepos. Son ambition consiste à inscrire le savoir-faire d’une entreprise quasi centenaire dans l’élan d’une percée technologique audacieuse. « Dès le départ, explique-t-il, nous avions annoncé que nous serions impliqués dans la deuxième du projet COMEPOS. Nous avons choisi de faire deux réalisations en France, l’an prochain, sous des climats opposés, l’une dans le nord et l’autre dans le sud. C’est toutefois la même maison en termes de typologie. Nous avançons pas à pas. Mais, nous avions déjà fait une maison à énergie positive à Saint-Priest, il y a plus de trois ans. Ce retour d’expérience nous a permis de laisser passer la première phase. Nous voulons mettre en exergue la sagesse des anciens qu’il fallait adapter une maison aux réalités climatiques, météorologiques, locales. En particulier, sur la production d’énergie solaire. » 

Maisons France Confort couvre l’ensemble du territoire français. Pour le constructeur, l’alliance avec les scientifiques du CEA, CSTB et d’Armines est une chance majeure : « L’initiative COMEPOS nous permet d’adosser notre démarche à une vérité scientifique. Ce n’est pas hasard si les ouvertures sont petites dans le sud de l’Italie, en Provence, ou si l’on ouvre au contraire la maison au plein jour en Angleterre, en Belgique et aux Pays-Bas. En France, le niveau d’ouverture doit représenter au moins un sixième des façades. De plus, d’une région à l’autre, l’architecture évolue. » Un seul bémol dans son discours enthousiaste : la nécessité, dans une dépression du marché préoccupante, de ne pas perdre de vue la bonne santé de l’entreprise, de ne pas lâcher la proie pour l’ombre : « Actuellement, sur un marché chahuté, nous gérons les priorités. Comepos s’inscrit dans le moyen et long terme. Lorsque le marché dévisse, on s’attache au court terme. C’est la logique de l’entreprise qui dicte nos décisions. L’objectif de Comepos, c’est d’anticiper 2020, de fournir des clés, des éléments d’appréciation afin de rendre efficaces les économies d’énergie et de sortir des injonctions irréalisables. Il faudra qu’on estime la capacité du réseau à absorber une multiplicité de petits producteurs. Et dans quel contexte politique et économique cela s’appliquera… Il faut absolument se poser la question de l’intérêt d’un particulier à réinjecter de l’électricité dans le réseau. Depuis six mois, nous avons un cahier des charges précis et clair. C’est heureux. Sans cahier des charges, on lève le nez pour prendre le vent… »