Voir le site de la maison Comepos de Trecobat !

« Nous sommes dans le co-développement avec les partenaires industriels ACOME, Ventilairsec, Saint-Gobain et Delta Dore » 

Leader national de la maison Basse Consommation (plus de 1 300 maisons BBC certifiées à ce jour), Trecobat est expert en maisons BBC depuis 2009. En avril 2012, Trécobat était en France le premier constructeur de maisons conformes à la RT 2012. Le groupe totalise 50% des maisons labellisées BBC de Bretagne et 15 % des maisons labellisées BBC au niveau national. 15 % des réalisations du groupe sont des Maisons Nature et Bois. L'effectif du groupe est de 300 personnes. 

Régis Croguennoc , qui vient de l’industrie électronique et automobile, vit l’innovation industrielle, comme l’ensemble des équipes de Trecobat, comme une passion. C’est une seconde nature dans cette société du Finistère : être à l’avant-garde. « Nous mettons en chantier la maison Comepos en septembre, dit-il, à Brest, près du port de plaisance, dans la rade. C’est d’ailleurs près du site de construction des hydroliennes Sabella dont le premier exemplaire a été immergé fin juin entre Ouessant et Molène, à 700 mètres de fond. Il y a là une volonté forte de nous associer à ce pôle écologique. Cela nous permettra de porter à la connaissance des acteurs économiques et politiques locaux notre action de démonstrateur. L’objectif, c’est d’amplifier l’effet vertueux de Comepos grâce à nos contacts avec les architectes de la collectivité. Et nous avons réuni, le 12 juin, en Bretagne, nos partenaires industriels et les académiques pour la phase de conception. »  

Une vitrine internationale pour les PME françaises

Pour Régis Croguennoc, Comepos dynamise les coopérations avec des industriels les plus créatifs. C’est un déclencheur de rencontres fécondes : « Nous travaillons avec la plus grosse scop française, ACOME, visitée d’ailleurs par le ministre de l’Economie Emmanuel Macron au début de l’année. Ils fabriquent des câbles émetteurs de chauffage. C’est un système de chauffage innovant, en rupture avec le procédé classique. Comepos nous permettra d’avoir un retour d’expérience sur ce prototype et de mesurer l’acceptabilité du client qu’il s’agisse du coût, de l’intégration dans la vie quotidienne. L’objectif, pour l’industriel, c’est de rendre cette innovation reproductible. Pour la ventilation, nous nous sommes adressés à une PME de Saint-Herblin, Ventilairsec, qui a imaginé une mécanique inversée. Au lieu de mettre la maison en dépression – comme le fait le système classique -, ils la mettent en légère surpression. Notre but, c’est d’améliorer la qualité de l’air pour les habitants. » ACOME, avec un chiffre d'affaires consolidé de 403 millions d'euros en 2013 dont 58% à l'international, est exemplaire de ce changement de paradigme pour le constructeur. Ce groupe international établi à Mortain, qui emploie 1372 personnes, a conquis une place de choix - à la fois leader et spécialiste- sur les marchés de l’automobile et de l’embarqué, des réseaux d'infrastructure télécom et du bâtiment. « Avec le partenariat de Delta Dore, Comepos nous permet de tisser des liens entre les industriels : ACOME, Ventilairsec et Delta Dore. Nous sommes dans le co-développement. De véritables synergies se sont établies entre les partenaires au point qu’ils ont pris l’initiative de se rencontrer entre eux. Nous bénéficions aussi de l’expertise de Panasonic et de Tesla Motors dans le domaine des batteries. Ils ont passé un accord pour la réalisation d’une Gigafactory aux Etats Unis, un investissement de 5 milliards d’euros destiné à produire des batteries plus performantes. Pour ce consortium industriel global, notre partenariat, dans le cadre de Comepos, constitue une ouverture intéressante car ils n’ont pas la relation avec l’utilisateur final, notre client. Grâce au démonstrateur, ils peuvent développer un modèle reproductible et fiable. »

Les champs électromagnétiques 

Ainsi, comme le démontre Régis Croguennoc, l’UMF tient son rôle d’acteur stratégique pour le développement de la maison à énergie positive. Trecobat, à l’écoute de l’opinion va même au-delà des attentes déjà énoncées en s’attaquant la question des champs électromagnétiques. « Nous allons aussi innover dans un autre domaine : celui du champ électromagnétique. Sweetohms - société française ! - fabrique des isolants de câbles. La mise en oeuvre de ces gaines blindées ne pose pas de problème technique et élimine 99% des effets indésirables électromagnétiques. Les phénomènes électromagnétiques ont suscité beaucoup d’interrogations chez nos concitoyens. Il faut savoir qu’il y a environ entre 600 m et 800 m de câbles dans une maison et qu’on ne peut nier, par conséquent, une exposition non négligeable au champ électromagnétique. Nous portons un effort particulier, également, sur la robinetterie avec la firme allemande Grohe. La sobriété énergétique passe aujourd’hui par la réduction de consommation d’eau chaude. Il y a des solutions d’isolation très efficaces, désormais. » 

Plutôt que de trouver un acheteur pour la maison Comepos, Trecobat a préféré miser sur la location. « Elle sera mise en location afin de sécuriser le projet. L’investisseur qui nous accompagne permet qu’on suive la consommation d’eau sur les différents points de tirages. Les deux salles de bain seront équipées différemment afin de vérifier le bénéfice réel des aménagements. Je crois que là nous sommes vraiment dans la mesure de l’expérimentation. On ne pouvait pas se contenter de vérifier exclusivement la performance énergétique. Le but, c’est de modéliser un choix. A cet égard, nous allons nous pencher sur les vitrages. Depuis 2009, les maisons basse consommation sont souvent trop chaudes. Parfois de 25 % par rapport à la norme en plein hiver. On transforme les maisons en serres. Pour éliminer cet inconfort, qui, finalement, pèse sur la consommation, nous voulons favoriser les vitrages faiblement émissifs qui peuvent devenir des éléments de décor car ils sont très soignés. Ce sont des vitrages utilisés dans les immeubles destinés au tertiaire qui, en été, font baisser la température naturelle de 4%. Les simulations dynamiques l’ont prouvé. » 

Le constructeur de maisons, depuis longtemps, a devancé l’évolution industrielle car c’est un assembleur qui harmonise les innovations : « Toutes ces démarches d’innovation illustrent notre rôle d’assembleur : les systèmes, pour être acceptés par les clients, doivent être intelligents jusqu’à s’effacer. Non intrusifs et le plus intuitifs possible ! Il y a des choses simples qui deviennent sources de confusion. Ces volets roulants qui doivent être mis en veille – sur la touche ‘absent’ – quand on quitte la maison. Bien souvent, les gens oublient d’appuyer sur la touche… Il faut s’inscrire dans la logique d’usage. » 

Une déception, toutefois, pour le chef d’entreprise breton et ses équipes : une certaine indifférence, chez les décideurs politiques, pour une initiative aussi originale dans l’Union européenne : « Je n’ai qu’un seul regret : les actions que nous menons avec les académiques et les industriels ne sont pas assez relayées par les pouvoirs publics. Pourtant, pendant la préparation de la COP21 – la conférence sur le climat que Paris accueillera en décembre -, il serait malvenu de négliger nos expérimentations. Il serait plutôt utile, pour la France, de les valoriser. Si les pouvoirs publics nous manifestaient plus d’attention, cela encouragerait la filière industrielle et éloignerait la crainte de voir le scénario de la RT 2012 – parfaitement irréaliste – se reproduire dans les deux ou trois ans qui viennent. »

  

Visitez le site internet de la maison Comepos de Trecobat ! 

http://www.ma-maison-positive-trecobat.fr